Quelles sont les techniques de recouvrement les plus efficaces ?

Recouvrement techniques

Dans l’absolu, il n’existe que deux grands types de recouvrement ; le recouvrement amiable et le recouvrement judiciaire. Et plus qu’une technique particulière garantissant le succès dans l’exercice, il est plus question de management de la procédure de recouvrement, du premier constat de retard à l’ultime étape éventuelle du recouvrement contentieux.

Comment faire pour garantir un recouvrement efficace ?

Pour garantir un recouvrement efficace, il n’est pas que question de techniques particulières, mais bien d’accompagnement du dossier litigieux du début à la fin des procédures. Dans la majeure partie des cas, la procédure amiable suffit à recouvrer les fonds… Si elle est parfaitement maîtrisée. Malheureusement, c’est souvent là les dossiers se perdent. Deux faits parlent d’eux-mêmes ;

  • Près d’un quart des défaillances d’entreprises est du à des défauts de paiements ;
  • Plus le temps passe et plus la créance sera difficile à recouvrer. Le risque est multiplié par 6 au bout d’un mois de retard de paiement.

La meilleure technique pour se garantir au moins un partiel recouvrement des fonds est donc d’agir le plus tôt possible. Beaucoup d’entreprises laissent échapper du temps au début des procédures, pensant pouvoir régler le problème elles-mêmes ou étant persuadées que le temps arrangerait les choses. C’est là que se situe la plus grande erreur. La sincère bonne foi d’un débiteur ne remplit pas la trésorerie.

Les étapes pour réussir un recouvrement

Un recouvrement de créances est un processus parfois long, mais qui peut vite trouver un terme positif pour peu qu’il soit parfaitement maîtrisé et débuté au plus tôt. Sans surprise donc, la première étape d’un recouvrement, c’est l’absence de recouvrement grâce à une bonne anticipation. Soignez vos CGV et faites-y apparaître directement quelques détails importants dans le cadre d’un éventuel litige ;

  • Appliquez un délai de contestation limité ;
  • Nommez le tribunal compétent en cas de défaut de paiement ;
  • Citez le droit applicable ;
  • Ajoutez une clause relative à l’application des pénalités de retard ;
  • Inscrivez une clause de droit de propriété sur le produit objet du contrat ;
  • Et toute autre chose permettant de faciliter le recouvrement éventuel.

Plus vous serez verrouillés au niveau de vos conditions générales de ventes, plus vous éviterez de perdre du temps et de l’énergie dans le recouvrement amiable puis éventuellement judiciaire.

Outre le fait de limiter au maximum les possibilités de contestation de la facture par votre client, il est impératif que vous connaissiez bien votre client. La convention d’ouverture de compte permet justement de renseigner tous les champs relatifs à l’identité du client et à son assise financière. Recoupez ces informations avec les informations légales disponibles. Nombreux sont encore ceux qui pensent qu’ne telle entrée en matière pourrait nuire à une relation commerciale durable. Au contraire, une fois ces questions administratives passées, tout est très clair entre les deux parties et la relation ne porte plus que sur le cœur de métier.

Maintenir le dialogue et faire collaborer toute l’entreprise

Il existe des moyens simples pour prévenir d’un litige éventuel ;

  • Appeler le client pour connaître son avis sur la prestation ou sur le produit après utilisation ;
  • Lui adresser un récapitulatif des factures avant l’échéance ;
  • Vérifier avec lui que tout s’est bien déroulé, qu’aucune contrariété ne saurait venir troubler le règlement en temps et en heure des factures…

Non seulement ces techniques permettent de s’assurer du bon règlement du client, mais de surcroît, elles permettent d’anticiper les erreurs éventuelles de comptabilité, d’obtenir un feedback sur le service commercial de l’entreprise et de pérenniser la relation client.

D’autre part, il est important que tous les services de l’entreprise collaborent à la récupération de la créance. Notamment le service commercial, sur le terrain, qui peut s’enquérir des raisons d’un retard ou même se trouver exceptionnellement à collecter les fonds.

De l’importance des bons outils et du bon conseil professionnel

Pour gérer tout cela, il est nécessaire de jouir d’une organisation sans faille. Les outils informatiques prennent donc une place prépondérante dans les démarches visant à recouvrer les fonds. Un logiciel prenant en charge, partiellement ou totalement, la gestion du poste client est un plus. Ses avantages sont nombreux ;

  • Il permet la consultation en temps réel d’un dossier, depuis son ouverture de compte à sa dernière facture en cours ;
  • Il est adaptable à chaque secteur d’activité, à chaque entreprise, et à chaque niveau d’autorisation. Ainsi, le service commercial peut savoir si le client qu’il va visiter est en règle dans ses paiements, s’il a bien été livré, etc ;
  • Il permet l’automatisation des tâches et peut donc adresser les premières lances dès les premiers jours de constatation du défaut de paiement ;
  • Intuitif, il facilite la lecture des dossiers en fonction des critères et paramètres adaptables à chaque fonctionnement interne…

Mais l’outil ne peut rien de plus sans les conseils avisés d’un agent de recouvrement dédié à l’entreprise, celui capable de mettre en place les protocoles efficaces pour une solution de recouvrement efficiente. Vous l’avez compris, la meilleure technique de recouvrement n’est pas forcément l’assignation en justice, mais l’anticipation, le dialogue et l’optimisation de la gestion du poste client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *