Retards de paiement et impayés : quelle différence ?

la différence entre retards de paiement et impayés

En termes juridiques, il n’existe aucune différence entre un impayé et un retard de paiement. Pour autant, le monde de l’entreprise ne s’écrit pas exclusivement qu’avec ces termes. Et l’on peut faire noter la nuance entre le retard et l’impayé sec. Néanmoins, et de façon à éviter qu’un bref retard de paiement ne se transforme en impayé définitif, il est préférable de mettre en place quelques outils et de réagir très vite aux premières alertes.

Facture impayée ; simple retard ou impayé définitif ?

Lorsque qu’une entreprise émet des factures, elle peut réclamer le paiement de différentes manières. Lors d’une vente au particulier, on opter en général pour le paiement comptant. Mais quand il s’agit d’un grand compte ou d’une entreprise, il est courant d’accorder des délais souvent plus simples à gérer pour les deux comptabilités. Si bien que l’on se retrouve avec des délais allant de 30 à 120 jours. Durant ce délai, il est primordial de relancer les clients, afin de leur rappeler que la facture est toujours due et que rien ne les oblige à attendre le dernier jour pour s’acquitter de leur dette.

Une fois le délai atteint, certaines factures ne sont toujours pas soldées. Techniquement, il peut s’agit d’un oubli et donc d’un simple retard qui sera régularisé très rapidement. D’où l’intérêt des relances pendant la période des 30 à 120 jours. De même, il arrive qu’une facture se soit égarée au milieu des autres. Pour un client grand compte, venant se fournir dans l’entreprise vendeuse toutes les semaines, un paiement à 120 jours peut parfois révéler des surprises. Le délai long est l’ennemi de la mémoire. Certes, les outils informatiques actuels doivent permettre d’éviter ce genre de désagréments. Mais ils arrivent quand même. Si la facture tarde encore à se faire régler et que les échanges se font dorénavant en langage juridique, on parle alors d’impayé, considéré comme bien plus grave. Pourtant, comme exprimé dans l’introduction, une facture impayée est un impayé. Point. On ne saura s’il ne s’agissait que d’un retard de paiement qu’en cas de règlement rapide après la date d’échéance prévue.

Comment remédier aux retards de paiement ?

Afin d’éviter les impayés, de quelques sortes qu’ils soient, il existe différentes précautions ou incitations, assez simples, à mettre en place. Pour commencer, veillez à ce que la fiche client soit parfaitement renseignée. Toutes les données client doivent être à jour, surtout en ce qui concerne les coordonnées. D’un autre côté, assurez-vous que les pénalités de retard sont bien inscrites au contrat, au devis et sur la facture. N’hésitez pas à les rappeler dans vos relances. Vous pouvez aussi proposer un escompte pour qui règlera avant la date limite prévue. Une mesure incitative, prévue au moment de l’établissement des marges, est toujours mieux accueillie. Et une remise sous forme d’escompte à un client coûte toujours moins cher que des frais bancaires sur une trésorerie qui peine à voir le jour.

Ensuite, adressez la facture le plus vite possible après la livraison ou le retrait des marchandises. On le rappelle, le temps est l’ennemi de la mémoire. Plus vite la facture est arrivée, plus l’action reste fraîche et plus vous avez de chances de vous faire payer vite. Par la suite, relancez le client de manière proactive. Son activité ne lui permet pas de penser à vous tout le temps. C’est donc à vous de vous rappeler à sa mémoire. Enfin, proposez toujours plusieurs moyens de paiement. Entre les espèces sonnantes et les règlements numériques instantanés, il existe pléthore de méthodes et de moyens pour se faire payer. Certains sont plus simples que d’autres et conviennent mieux à certains de vos clients. Tenez en compte.

L’externalisation, l’autre moyen de se faire payer

Il existe encore un autre moyen de recouvrer ses factures impayées ; l’externalisation du recouvrement, ou l’accompagnement par un cabinet de recouvrement sur la gestion du poste client. De cette façon, vous vous assurez que le protocole est parfaitement maîtrisé. L’agence de recouvrement peut intervenir uniquement sur le recouvrement des sommes dues, même si les résultats sont encore plus efficaces en lui confiant la gestion du poste client en amont de la facturation. Ici, le retard de paiement est considéré pour ce qu’il est ; un impayé temporaire. Mais vous n’avez pas y faire face directement. Et vous pouvez focaliser votre attention sur votre cœur de métier et votre relationnel avec votre clientèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *